La Pletera forme un écosystème côtier typique méditerranéen, entre les Griells et la Gola del Ter. Il y a quelques années, c’était sur le point de devenir une urbanisation. C’est un cas unique de renaturalisation d’un espace urbanisé. Actuellement, nous trouvons des dunes côtières mobiles et un cordon de dunes. Derrière se trouvent les vastes étendues d’eaux saumâtres des marais et lagunes.

Les dunes, les marais et les lagunes saumâtres sont rares en Méditerranée. L’occupation urbaine du littoral les a fait disparaître du paysage jusqu’à devenir des écosystèmes peu habituels.

Le sable et le sel sont les principaux éléments des dunes. Les espèces qui y vivent ont appris à s’adapter à des conditions environnementales difficiles. Le sol est mobile, peu compact, manque de nutriments et ne retient pas l’eau douce de la pluie. Ces conditions ne facilitent pas la croissance des racines des plantes. Sur les dunes bien formées pousse l’oyat, une espèce de plante qui croît dans les terrains sablonneux et qui joue un rôle important dans la fixation des dunes.

Les marais et les lagunes se situent immédiatement derrière les dunes. Ils ne sont pas profonds, l’eau s’évapore facilement et ce sont des environnements très salins. Les plantes qui y vivent s’y sont adaptées et expulsent ou accumulent le sel. Les salicornes ou cirialeras s’étendent dans le marais, comme la cirialera commune et la cirialera glauca.

Dans les dunes, les marais et les lagunes, le tamaris commun pousse spontanément. On y trouve également deux espèces de faune très spéciales : le pluvier à collier interrompu, un oiseau limicole qui dépose ses œufs à même le sable, dans les zones dunaires, et l’aphanius d’Espagne, petit poisson endémique d’Espagne qui vit dans les lagunes saumâtres.

Audioguide

RELACIONAT

1
Vous avez des questions ?
Tourist information : Monday-Friday: 10-17h
Saturday - Sunday - Holidays: 10-14h
Hello! Can we help you?